Chirurgie esthétique à l'étranger

Écrit par les experts Ooreka

Les centres esthétiques à l'étranger n'engagent parfois pas leur responsabilité en cas de complications médicales

Pratiquer une chirurgie esthétique à l'étranger appartient à un phénomène qui a de plus en plus de succès : le tourisme médical.

Chirurgie esthétique à l'étranger : le tourisme médical

Le tourisme médical consiste à profiter du coût de la vie moins élevé d'un pays pour y pratiquer des actes médicaux à bas prix. C'est le cas par exemple pour les implants mammaires ou le lifting.

Chirurgie esthétique à l'étranger

Les pays qui offrent de plus en plus ce type de soins sont :

  • la Tunisie ;
  • le Maroc ;
  • la Thaïlande ;
  • le Brésil ;
  • l'Afrique du Sud.

Beaucoup de Français s'orientent vers la Tunisie ou le Maroc pour pratiquer une chirurgie esthétique du fait de la proximité de ces deux pays, mais aussi du fait qu'on y parle le français.

En outre, la Tunisie ou le Maroc offrent des tarifs attractifs puisqu'ils alignent leurs tarifs par rapport au coût de la vie du pays.

Toutefois, il faut savoir à qui s'adresser et être d'autant plus vigilant. Les centres esthétiques à l'étranger n'engagent parfois pas leur responsabilité en cas de complications médicales. Malgré cela, le tourisme esthétique est de plus en plus pratiqué.

Avantages de la chirurgie esthétique à l'étranger

Il n'est pas rare de trouver des prix jusqu'à 50 % moins élevés qu'en France, voyage compris ! Pour exemple, une liposuccion coûte en moyenne 2 000 à 4 000 € en France, contre 1 000 à 2 000 € en Tunisie !

Les agences de voyages spécialisées proposent des packs voyage/opération :

  • choix de la clinique avec l'agence ;
  • mise en relation avec le chirurgien choisi ;
  • proposition et signature d'un devis ;
  • organisation du voyage entier (avion, hôtel, transferts, etc.) : il s'agit souvent de formules tout compris ;
  • 1 à 2 semaines selon l'intervention.

En plus d'une chirurgie à bas prix, ces agences jouent donc sur l'aspect exotique et reposant du voyage. Toutefois, on peut se demander si le patient aura réellement envie de visiter le pays après avoir subi une abdominoplastie ou autre intervention tout aussi contraignante...

Chirurgie esthétique à l'étranger : quelques précautions indispensables

  • Le chirurgien doit être inscrit au Conseil de l'Ordre des médecins du pays en question.
  • Ne signez le devis de votre opération de chirurgie esthétique que s'il est lui-même signé par le médecin et qu'il précise la nature exacte de la prise en charge et des suites post opératoires.
  • Assurez-vous qu'un suivi sera possible de retour en France, par téléphone et/ou avec un chirurgien correspondant.
  • Attention au soleil, déconseillé plusieurs mois après de nombreuses opérations de chirurgie esthétique !
  • Bien lire aussi toutes les clauses concernant les assurances. Dans le pays où vous allez, quelles prises en charge en cas de complications ?
  • Se rendre sur place à l'avance et avant de s'engager permet aussi de vérifier les conditions d'hygiène et de sécurité des locaux.
  • Qu'en est-il aussi des équivalences de formation des chirurgiens esthétiques ? Important à prendre en compte sauf si le chirurgien esthétique s'est formé en Europe.
  • Comme en France, soyez prudent si l'on vous demande un paiement à l'avance. Cela ne devrait pas se faire car ce serait considérer la chirurgie esthétique comme un commerce. Vous devrez insister pour payer à la fin de l'opération.

À noter : un communiqué conjoint du ministère de la Santé et du Tourisme (juillet 2005) précise que les actes médicaux de chirurgie esthétique ne relèvent pas du statut d'agent de voyages.

Besoin de mutuelle pour vos soins dentaires? Comparez les tarifs gratuitement

Comparer les mutuelles

Pour aller plus loin



Trouver un médicament

Plus de 25 000 fiches médicaments issues de la base de données de l'Assurance maladie.

Que recherchez-vous ? (médicament, principe actif, maladie...)

Ce critère permet de chercher votre médicament par :

  • son nom commercial (ex. : Doliprane, Efferalgan, Aspégic, etc.) ;
  • ou par sa substance active (ex. : paracétamol, aspirine, ibuprofène, etc.) ;
  • ou par la maladie, symptôme ou trouble que vous souhaitez traiter (ex. : migraine, état fébrile, douleur légère, etc.).

Tatie Jeanine n’aura plus le dernier mot

En vous inscrivant, profitez en exclu de nos services gratuits :

(Promis, on ne vous spammera pas)

OK
Surveillez votre boite mail, vous allez bientôt recevoir notre newsletter !