Nymphoplastie

Écrit par les experts Ooreka

La nymphoplastie est une technique chirurgicale longtemps restée taboue. Aujourd'hui, la chirurgie de l'intime est en pleine expansion. Alors que les hommes sont de plus en plus nombreux à adopter la prothèse testiculaire, les femmes se font gonfler le point G ou réduire les petites lèvres.

Définition de la nymphoplastie

Nymphoplastie

La nymphoplastie (également appelée labia- ou labioplastie) consiste à corriger l'hypertrophie des petites lèvres présentes à l'intérieur de la vulve chez la femme.

Ce phénomène a plusieurs origines :

  • pour certaines femmes, les petites lèvres dépassent de la vulve depuis leur naissance ;
  • pour d'autres, les petites lèvres se sont développées fortement pendant l'adolescence ;
  • d'autres encore ont eu un développement important des petites lèvres suite à plusieurs accouchements.

Cette hypertrophie peut constituer une gêne esthétique, physique (pour certains sports comme l'équitation ou le vélo) ou vestimentaire (pantalons serrés, strings...).

Technique et déroulement d'une nymphoplastie

Une nymphoplastie est effectuée par un chirurgien plasticien et se fait sous anesthésie générale ou locorégionale. :

  • L'intervention dure entre 30 et 45 minutes.
  • L'hospitalisation se fait en ambulatoire ou sur 24 heures.

Le but d'une nymphoplastie est de réduire la surface des petites lèvres en conservant leur anatomie, leur forme originelle.

Il y a deux techniques :

  • Longitudinale : apparue en premier et est désormais récriée du fait de son moins bon résultat esthétique et de sa suture fragile.
  • En « V » : le chirurgien réduit les petites lèvres en enlevant, sous forme de « V », l'excès de peau et de muqueuse à chaque extrémité des petites lèvres. Cette technique évite à la cicatrice d'être trop en contact avec les vêtements. Moins exposée aux frottements, il y a moins de risques d'infections et la cicatrisation est plus rapide.

Suites opératoires et complications éventuelles d'une nymphoplastie

Les suites d'une nymphoplastie sont assez inconfortables. Il est indispensable de suivre scrupuleusement les consignes du médecin.

Après la nymphoplastie

Pour faire passer les sensations de brûlure, les médecins prescrivent du paracétamol. La douleur peut se faire ressentir pendant plus ou moins 3 jours.

1 à 2 semaines de repos sont nécessaires.

La patiente devra suivre rigoureusement les instructions données pour sa toilette intime et passer une pommade cicatrisante. On lui recommandera également de porter une jupe plutôt qu'un pantalon pendant les 15 jours qui suivent afin d'éviter tout frottement douloureux.

Les fils des sutures sont résorbables, ils partiront tout seuls au bout de quelques jours.

L'arrêt total du sport est demandé pendant 1 mois après l'intervention. Il faudra attendre la visite de contrôle et l'accord du médecin pour reprendre le sport passé ce délai.

Pendant au moins 1 mois, les patientes ne peuvent pas porter de tampon ni avoir de rapports sexuels.

Complications possibles après une nymphoplastie

Comme pour toutes les opérations de chirurgie esthétique, certaines complications sont possibles. Elles vous seront expliquées lors de l'entretien préalable à l'intervention. Parmi elles, on peut citer :

  • des saignements ;
  • l'infection ;
  • la mauvaise cicatrisation ;
  • l'hématome ;
  • les problèmes de sensibilité ;
  • le lâchage des fils des points de suture.

Dans chacun de ces cas, adressez-vous à votre chirurgien.

Prix d'une nymphoplastie

Dans de nombreux cas, la nymphoplastie est considérée comme de la chirurgie réparatrice (exemple : hypertrophie suite à des grossesses répétées, etc.). Les frais de chirurgie sont donc souvent pris en charge par la Sécurité sociale.

Toutefois, il faut généralement compter des dépassements d'honoraires, à hauteur de 1 500 €. Votre mutuelle peut parfois rembourser une partie de ces frais.

Lorsque la nymphoplastie est considérée par le chirurgien comme purement esthétique et facultative, mais que celui-ci accepte tout de même de pratiquer l'intervention, les frais ne sont pas remboursés.

Besoin de mutuelle pour vos soins dentaires? Comparez les tarifs gratuitement

Comparer les mutuelles

Pour aller plus loin



Trouver un médicament

Plus de 25 000 fiches médicaments issues de la base de données de l'Assurance maladie.

Que recherchez-vous ? (médicament, principe actif, maladie...)

Ce critère permet de chercher votre médicament par :

  • son nom commercial (ex. : Doliprane, Efferalgan, Aspégic, etc.) ;
  • ou par sa substance active (ex. : paracétamol, aspirine, ibuprofène, etc.) ;
  • ou par la maladie, symptôme ou trouble que vous souhaitez traiter (ex. : migraine, état fébrile, douleur légère, etc.).

Tatie Jeanine n’aura plus le dernier mot

En vous inscrivant, profitez en exclu de nos services gratuits :

(Promis, on ne vous spammera pas)

OK
Surveillez votre boite mail, vous allez bientôt recevoir notre newsletter !