Risques d’une augmentation mammaire

Rédigé par des auteurs spécialisés Ooreka

Sommaire

La prothèse est un corps étranger que l'on vous implante. Certaines complications, si votre corps ne le tolère pas, peuvent alors survenir. Les risques d'une augmentation mammaire sont à connaître avant toute intervention.

Risque d'augmentation mammaire n°1 : la contracture capsulaire

Le corps humain se protège naturellement contre toute agression, y compris l'introduction d'un corps étranger et doit donc se défendre. Lorsqu'il ne peut rejeter ou digérer le corps étranger, l'organisme l'isole en formant une membrane autour de l'implant mammaire, une « capsule ». Cette réaction est une défense naturelle normale.

Toutefois, dans 5 % des cas, cette membrane s'épaissit et forme une coque fibreuse épaisse et dure qui peut s'avérer douloureuse ou gênante. Parmi les risques dus à une augmentation mammaire, c'est le plus courant.

Selon la gravité de la contracture capsulaire (douleurs, contraintes esthétiques), votre médecin pourra décider d'une nouvelle intervention chirurgicale.

Lire l'article Ooreka

Risque d'augmentation mammaire gênant : la rupture de l'implant

Aujourd'hui, grâce aux progrès technologiques, les prothèses mammaires sont conçues pour durer sans se rompre. Toutefois, le risque zéro n'existant pas, il peut arriver que l'enveloppe se déchire :

  • après un traumatisme, une piqûre, etc. : la poche est percée ;
  • aux termes d'une usure progressive (environ 10 ans après la pose) : l'enveloppe s'affine et finit par se déchirer.

On distingue plusieurs cas :

  • Avec des implants en sérum physiologique : la prothèse se dégonfle, le fluide est éliminé sans risques par l'organisme.
  • Avec des implants en silicone :
    • Si le gel s'échappe, mais demeure dans la membrane fibreuse qui entoure la prothèse, il n'y aura pas de suites ennuyeuses. On parle de rupture intra-capsulaire.
    • Si le gel perce cette membrane, l'organisme risque de réagir à cette intrusion et développer des nodules (siliconomes) ou ganglions inflammatoires. On parle de rupture extra-capsulaire.

Dans le cas de rupture intra-capsulaire comme extra-capsulaire, il est nécessaire de retirer les implants.

Le risque le moins esthétique : l'apparition de plis ou de vagues

Il arrive que des plis ou des vagues apparaissent, généralement sur la partie supérieure du sein, après la pose d'implants mammaires.

Ce problème touche principalement :

  • les femmes ne présentant pas suffisamment de glandes mammaires et une peau fine ;
  • les femmes ayant opté pour des implants en sérum physiologique.

Pour éviter la formation de vagues, le chirurgien doit :

  • bien choisir la constitution des implants (silicone ou sérum physiologique) en fonction du profil de la patiente ;
  • bien choisir le positionnement des implants :
    • la position rétro-musculaire : la prothèse est placée sous le muscle pectoral ;
    • la position effectuée en Dual-Plan: le chirurgien positionne la partie haute de la prothèse en arrière du muscle pectoral et la partie basse de la prothèse en avant du muscle pectoral et sous la glande mammaire.
  • éviter une augmentation trop importante en cas de peau fine et de glandes mammaires insuffisantes ;
  • proposer à la patiente un lipofilling pour atténuer les contours visibles de la prothèse.

Autres risques d'augmentation mammaire

Comme pour toute intervention chirurgicale, des complications peuvent survenir. Votre chirurgien doit obligatoirement vous en informer lors de l'entretien préalable à l'opération. En cas d'anomalies ou de doute, contactez votre médecin.

Les principaux autres risques liés à l'augmentation mammaire sont :

  • Les risques liés à l'anesthésie : allergies, choc, etc.
  • Les risques liés à la cicatrisation :
    • hématomes ;
    • infections ;
    • nécrose cutanée ;
    • hypertrophie ou hyperpigmentation de la cicatrice.
  • Les risques liés aux implants :
    • perte de la sensibilité ou hypersensibilité ;
    • rotation de la prothèse ;
    • asymétrie, etc.
  • Il existe aussi des problèmes liés à la qualité de l'implant. Ce fut le cas avec les prothèses PIP. Les prothèses ont dû être enlevées par principe de précaution car leur qualité était médiocre et le liquide de la poche pouvait se répandre dans le corps de la patiente et altérer d'autres organes.
  • Dans des cas rares, citons le risque psychologique. Les patientes qui demandent une augmentation mammaire peuvent ensuite avoir beaucoup de mal à vivre avec cette nouvelle image de leur corps. Des dépressions peuvent apparaître et la patiente peut développer d'autres troubles psychologiques.
Lire l'article Ooreka

Aussi dans la rubrique :

Chirurgie esthétique mammaire

Sommaire

Ces pros peuvent vous aider