Prothèse mammaire : étapes de l'intervention

Écrit par les experts Ooreka

L'intervention d'une pose de prothèse mammaire dure de 1 h à 2 h et nécessite 24 à 48 h d'hospitalisation.

Prothèse mammaire : autour de l'intervention

  • L'opération a lieu sous anesthésie générale, en présence d'un médecin anesthésiste et de votre chirurgien.
  • L'intervention peut durer de 1 à 2 heures.
  • Comptez entre 24 et 48 heures d'hospitalisation.
  • Vous bénéficierez en général d'un arrêt de travail d'une à deux semaines.

Prothèse mammaire : l'intervention pas à pas

Prothèse mammaire : étapes de l'intervention

L'opération se déroule de la façon suivante :

  • Le chirurgien remplit les prothèses mammaires de silicone ou de sérum physiologique.
  • Il les place dans chaque sein :
    • derrière la glande mammaire : technique rétro-glandulaire ;
    • derrière le muscle pectoral : technique rétro-musculaire.

Pour la pose, le chirurgien peut choisir parmi deux techniques :

  • L'introduction par voie axillaire : le chirurgien pratique une incision de 2 à 3 cm dans le creux de l'aisselle.
  • L'introduction par voie péri-aréolaire : il incise dans l'aréole du sein.

Besoin de mutuelle pour vos soins dentaires? Comparez les tarifs gratuitement

Comparer les mutuelles

Pour aller plus loin


Des experts vous répondent

Simple et gratuit !

Sans démarchage commercial

Déjà plus de 100 000 questions répondues

Poser une question
vincent manglano

hypnothérapeute, pnliste, emdr | thérapies brèves & coaching bordeaux

Expert

DJ
dr anouar jarraya /tunis tunisie

psychiatre psychothérapeute sexologue | cabinet médical (adultes & enfants)

Expert

MG
maurice gaillard

psychologue et aide aux victimes | psy_vincennes

Expert

Rejoindre notre réseau d'experts Plus d'experts


Autres sujets sur Ooreka


Trouver un médicament

Plus de 25 000 fiches médicaments issues de la base de données de l'Assurance maladie.

Que recherchez-vous ? (médicament, principe actif, maladie...)

Ce critère permet de chercher votre médicament par :

  • son nom commercial (ex. : Doliprane, Efferalgan, Aspégic, etc.) ;
  • ou par sa substance active (ex. : paracétamol, aspirine, ibuprofène, etc.) ;
  • ou par la maladie, symptôme ou trouble que vous souhaitez traiter (ex. : migraine, état fébrile, douleur légère, etc.).

Tatie Jeanine n’aura plus le dernier mot

En vous inscrivant, profitez en exclu de nos services gratuits :

(Promis, on ne vous spammera pas)

OK
Surveillez votre boite mail, vous allez bientôt recevoir notre newsletter !